Pourquoi craque-t-on sur les T-shirts Bad Moms Club?

C’est la nouveauté de la semaine ! Bienvenue à Bad Moms Club, la marque berlinoise qui fait du bien aux mamans, chez Firmaman.
Ras-le-bol de la mère parfaite et autres messages qui tendent à nous faire croire qu’il faut être sans défauts !
Nous avons craqué pour l’humour décalé de ce label créé par deux sœurs, Lara et Joanna, pour dire adieu à l’image trop perfectionniste de la mère idéale et, enfin, inverser les rôles pour pouvoir dire : oui, nous sommes fières d’être de mauvaises mamans !

Ainsi, notre choix s’est porté d’abord sur le T-shirt « Pause » : parce que, de temps en temps, on aimerait bien se poser et faire passer le message à son entourage.


Puis le combo sweat-shirt maman + body bébé « 24/7 », petit clin d’œil discret à la réalité : dévotion 24 h/24 et 7jours sur 7 !


Et, enfin, la casquette « Short Night » car, oui, les nuits sont tellement courtes que l’on aurait bien besoin d’une petite sieste…



Tous les modèles sont en coton bio, avec une véritable démarche écoresponsable, durabilité et fairwear.

Petit bonus perso : non, la mère parfaite n’existe pas, sauf dans le sketch hilarant de Florence Foresti qui décrit cette maman arrivant maquillée et apprêtée à 8 heures devant l’école, propose aux parents de préparer un Power Point pour la prochaine réunion parents-professeurs et qui, en même temps, dit non à son fils en lui expliquant cal-me-ment la raison ! A côté, Florence Foresti débarque en jogging au saut du lit et hurle sur son enfant sous le regard désapprobateur de… la mère parfaite !
On le sait, le momshaming est une pratique courante, que ce soit par de petites phrases acerbes (« Il est trop couvert », « Tu es sûre qu’il a assez mangé ? »…) ou des regards blessants. Et, bizarrement, cela vient souvent de la part d’autres mamans.
Je me souviens d’un voyage en avion durant lequel j’avais passé mon temps à occuper, bercer mon bébé pour éviter qu’il ne pleure et dérange mes voisins. Et puis, 5 minutes avant l’atterrissage, il s’était mis à pleurer et là, les mitraillettes étaient de sortie : les voisins me regardant avec une moue de désapprobation. Je me suis dit que la prochaine fois, je ne me donnerais pas tout ce mal pour leur bien-être !
Alors, je suis d’une compréhension à toute épreuve pour les parents dans ce type de situation. Empathie, respect et sourire devraient être les maître-mots.
Un bébé qui pleure près de soi dans l’avion, oui, c’est pénible mais ce n’est pas de la faute des parents (sauf exception de ceux qui font plus de bruit que leurs enfants, hein !). Alors, donnons un sourire au lieu d’un commentaire stupide ou d’un regard méchant. Faisons preuve de cohésion au lieu de nous comparer et de juger…

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés